★ Les meilleures armes sont celles que l’on ne fabrique pas

Publié le par Socialisme libertaire

arme USA NRA lobby Trump extrême-droite militarisme

 

« Les fusillades dans les écoles américaines, ainsi que les homicides, sont en constante augmentation depuis trente ans, et sont même devenus l’objet de débats et de campagnes politiques. 

Après le massacre de Parkland en Floride, le débat sur le pourquoi et le comment de ces événements se déclenche à nouveau. Des propositions de lois, à la fois étatiques et fédérales, ont été proposées qui tentent d’imposer des gardes et des policiers, nationaux ou privés, au sein des instituts, qui imposent des bâtiments blindés, qui empêchent la possession d’armes aux moins de 21 ans.

Aux États-Unis, il existe un marché florissant de la sécurité privée qui fournit, en plus de la police privée elle-même, du matériel, des médias, des cours de formation. Des propositions telles que permettre aux écoles d’être protégées par des portes et fenêtres blindées dans toutes les classes, en plus de pouvoir les surveiller à distance, représentent un chiffre d’affaires de centaines de milliers de dollars. Former le personnel à réagir contre un tireur signifie dépenser des milliers de dollars pour chaque membre du cloître auquel cette tâche est désignée. L’introduction de la police privée signifie plusieurs millions pour les payer ou payer  les entreprises qui les embauchent. Ce sont des mesures keynésiennes exquises, car elles stimulent le marché par les dépenses publiques, et permettent de résorber en partie le chômage galopant chez les vétérans des récentes guerres, problème endémique aux États-Unis, en les recyclant comme justiciers dans les écoles.

Cette proposition s’inscrit surtout dans la tendance générale à la militarisation de la société, tendance que nous constatons partout. Dans une phase où la masse des personnes destinées au chômage ou à l’emploi précaire chronique augmente fortement en raison du changement de paradigme dans les systèmes de production – manufacturés et cognitifs – il est nécessaire d’augmenter le contrôle social. La militarisation n’est rien d’autre que la face cachée des systèmes de gestion de la misère tels que le revenu de base universel. La masse croissante d’exclus, de pauvres et de semi-pauvres devrait être gérée d’une manière ou d’une autre, non ? Le bâton et la carotte sont toujours de bonnes méthodes.

Il est donc nécessaire de transformer davantage les écoles en casernes, d’empêcher les mouvements sociaux et d’habituer les jeunes à la militarisation de la société. Aux États-Unis, la situation n’est pas si écrasante, bien qu’elle soit souvent présentée comme telle. La révolte de Ferguson, le mouvement BLM, a mis en évidence la question de l’intersection entre le domaine de classe et le domaine racial. Ils ont fait peur parce que l’an dernier, ils se sont révélés non récupérables ou institutionnalisables, abandonnant les urnes malgré les efforts du Parti démocrate. De la même manière, ces jours-ci, il y a une vaste mobilisation des enseignants, lors d’une grève sauvage en Virginie-Occidentale et sur un pied de guerre dans d’autres États, pour obtenir une assurance maladie et des augmentations de salaire décentes, avec de nombreux étudiants de leur côté. Les mobilisations environnementales contre la fracturation hydraulique et l’intention de reprendre l’extraction du charbon sont de plus en plus importantes, les élections de Trump ont été marquées par une grève générale, par des manifestations dans de nombreuses villes et par des mobilisations impressionnantes sur la question du genre.

Parallèlement à tout cela, il y a eu les propositions habituelles et variées de restreindre la possibilité d’accès aux armes à feu, que, évidemment, une bonne partie de notre gauche soutient, décidant ainsi de s’appuyer sur l’avis du Parti démocrate américain plutôt que d’entendre ce qu’ ont à dire les organisations militantes et les mouvements sociaux des États-Unis. D’autre part, l’hégémonie est le mécanisme par lequel l’idéologie de la classe dirigeante pénètre même parmi ceux qui voulaient s’y opposer. Nous ne sommes donc pas surpris du fait qu’une partie de la gauche radicale européenne s’en prenne au Parti démocrate et j’ai ignoré Redneck Revolt, Rosa Negra / Black Rose et d’autres partenaires, et je ne cite que deux noms pour ne pas étendre.

L’ogre de la gauche libérale – la toute nouvelle NRA, National Rifle Association – est favorable à ces mesures de militarisation, ainsi qu’à certaines formes de contrôle des armements partagées avec l’administration Trump elle-même, car elles représentent les intérêts d’un parti, de la classe moyenne supérieure blanche. Il sait très bien que des mesures telles que des postes de contrôle plus élevés ou l’interdiction des armes pour les moins de 21 ans n’influenceraient pas leurs propres partenaires. Au contraire. N’oublions pas que par le passé, il a soutenu des mesures restrictives d’accès aux armes tant qu’elles ne se réfèrent pas aux personnes de couleur – le cas californien des années 60 était emblématique où il était limité de porter des armes en public en réponse aux manifestations de la part des Black Panthers – et ils ont été amenés avec  une insouciance injustifiable comme celui de Phileando Castile, un homme noir avec un permis d’armes pour se défendre qui a été tué de sang-froid par un policier lors d’un contrôle, tous immortalisés sur vidéo.

La NRA a montré qu’elle attendait avec intérêt toute mesure visant à retirer les armes aux yeux des pauvres et des minorités, et à ne pas être intéressée par la protection des propriétaires d’armes à feu qui ne font pas partie de leurs statistiques de référence en tout.  Ils représentent les intérêts de ces milliers de petites entreprises semi-individuelles qui travaillent grâce à la militarisation croissante de la société et qui sont favorables à toute politique allant dans ce sens. Nous ne pensons pas que les principaux producteurs d’armes de guerre, le complexe militaire industriel, ont besoin de l’ARN pour préserver leurs propres intérêts, qui résident dans les guerres elles-mêmes.

D’un autre côté, il faut souligner que les livres écrits par des personnes liées à la NRA, qui abordent la question à travers des manuels (comme ceux du type opérationnel de Massad Ayob, une référence internationale même pour de nombreux tireurs sportifs), quand ils devraient vraiment utiliser des textes purement techniques et impartiaux, ils diffusent un texte subliminal profondément influencé par l’idéologie de la classe moyenne supérieure américaine, plein de justifications des meurtres commis par la police et d’éloges démesurés des forces de l’ordre. Ce n’est pas un hasard si depuis quelques années il y a eu des discussions spécifiques sur la culture des armes à feu, et qu’il y a même des cours dédiés à l’étude de ces phénomènes (je le signale à ceux qui s’intéressent au site fondamental Gun Culture 2.0 du sociologue et tireur sportif David Yamane).

L’administration Trump a tout fait pour éloigner le débat sur la variable de la santé mentale. Comprenons : traduit en métal vil, cela signifie simplement une médicalisation de l’inconfort psychique, un inconfort qui ne peut manquer d’être présent dans une société aliénée, et un retour possible à des méthodes encore plus autoritaires. La question de la santé mentale est réelle, non seulement aux États-Unis, et elle doit être abordée; mais nous avons vécu un siècle de catastrophes et de tragédies causées par une gestion purement médicalisée, ce qui indique que ce n’est pas la bonne façon de procéder, même si c’est la seule qui puisse être considérée dans le paradigme d’une société aliénée. D’autre part, nous devons souligner que ceux qui commettent des attaques comme celle de Parkland ne le font en aucun cas parce que c’est cliniquement instable. En réalité, ceux qui commettent des actes similaires agissent de manière parfaitement cohérente et dans les paramètres de notre société, de la même manière que les homicides de genre ne peuvent pas être transformés en problèmes médicaux – le fameux ravissement de la folie avec lequel nous sommes parfois adoucis par les  journaux – nous ne pouvons pas non plus essayer de réduire un problème social aux implications multiples à une question de gestion des troubles psychiques.

D’un autre côté, le problème se pose toujours de savoir qui détermine qui est fou. Il y a encore quelques dizaines d’années, un homosexuel était cliniquement considéré comme malade et les transsexuels subissaient encore parfois un traitement similaire. Selon ce raisonnement, les homosexuels et les transgenres devraient être empêchés d’avoir accès à la possibilité de se défendre contre d’éventuelles agressions. Comme vous pouvez le voir, ce n’est pas exactement une question simple, malgré l’insistance de Trump, qui s’est déclaré en faveur de l’enlèvement d’armes à des personnes « dangereuses » – encore une fois défini par qui ? – sans passer par un processus équitable, la base du droit libéral, comme les différents libéraux de type Clinton.

Les statistiques de ceux qui commettent des massacres dans les écoles en disent plus que les autres. Alors que la presse européenne s’aligne sur le Washington Post et le New York Times, on sait que dans le cas de Parkland, pour la énième fois, le meurtrier est un suprémaciste blanc qui s’intègre parfaitement dans les statistiques des responsables des fusillades :  blanc , moins de trente ans et d’une famille petite-bourgeoise.

En d’autres termes, c’est cette bande démographique des petits bourgeois, des banlieues et des blancs, qui a été attaquée par son opposition relativement privilégiée – extrêmement privilégiée par rapport à d’autres composantes sociales – et qui est parmi les principaux soutiens du président Trump (qu’il a obtenu, rappelez-vous, plus de voix des Blancs urbains que des Blancs ruraux malgré ce qui a été dit par les libéraux vulgaires classistes) et désorientés dans le brouillard de confusion qui fait rage contre le monde moderne.

L’origine de ces événements doit être recherchée dans la classe moyenne blanche et dans sa manière de penser : le darwinisme social, l’individualisme au sens négatif, la misogynie – l’auteur du tournage de Parkland a été actif dans des forums misogynes qui font partie organique de l’extrême-droite – et du suprémacisme blanc. Une action de ce genre rappelle de près les modes d’action du nazisme et du fascisme, en particulier du spontané : mépris absolu pour d’autres individus qui n’ont en quelque sorte pas eu accès à un certain niveau d’illumination et qui ne sont pas initiés à la vision juste, éternelle et immuable du monde, et peu importe si cette initiative passe par un rite initiatique comme dans les différentes sociétés secrètes qui ont constitué plus tard le cercle intérieur du parti nazi ou qui arrive par la fréquentation active des forums sur le réseau.

L’attaquant est extrait de la masse sur laquelle il décharge ses armes dans un rite de purification, et parvient à s’affirmer. Nous sommes confrontés au retour éternel de la culture des droits. L’attaquant dans ce cas a choisi d’attaquer ceux qui sont membres de la même communauté – communauté dont, avec ses paroles, les nazis se portent champions – et n’ont pas attaqué les membres d’une communauté identifiée comme «autre» – comme au contraire c’est arrivé, toujours aux mains d’un jeune suprémaciste blanc, à Charleston en 2015 – mais il ne faut pas être surpris. Le «soldat politique» de la culture de droite se considère supérieur, faisant de son esprit un esprit prédateur même, et surtout, envers ceux qu’il dit vouloir défendre. Les pages des écrits d’Evola, et le même Mon Combat d’Hitler ou le Mythe du XXe siècle de Rosenberg sont pleins de passages qui expliquent cette vision. Rien de nouveau sous le soleil. »

 

La seule réponse sensée à tout cela est l’auto-organisation.
Comme le dit le site Web Redneck Revolt le 27 février :

« Dans les jours qui ont suivi le massacre de Parkland, le débat public est passé à la question de la prévention. C’est le même débat qui se produit dans des tragédies similaires, et c’est compréhensible. Lorsqu’une personne décide de décharger sa colère sur ses pairs, ses voisins ou ses collègues, l’inclination naturelle conduit à trouver un moyen d’empêcher que cela ne se reproduise. Pour beaucoup de gens, la solution la plus évidente est une législation stricte sur les armes : si nous retirons les armes, elles ne peuvent pas tomber entre les mains de tueurs en série.

Comme nous pouvons trouver ce désir d’agir immédiatement avec les moyens les plus simples en apparence compréhensibles, nous devons nous rappeler que les problèmes systémiques ne peuvent être résolus qu’en allant aux racines : dans ce cas, le suprémacisme blanc, la misogynie et l’aliénation sociale. Les problèmes de ce calibre nécessitent une réponse collective et communautaire et ne peuvent être résolus par des procédures législatives qui n’ont aucun effet sur la culture de la nation ou sur la vie quotidienne des gens normaux. Il est important de reconnaître deux questions fondamentales :

1.- Interdire une arme à feu particulière [se réfère au débat sur les fusils automatiques, en particulier l'AR15] n’empêchera personne qui veut commettre une violence de masse ou atténuer ce qu’il peut faire. Une personne déterminée peut obtenir les mêmes résultats avec un fusil AR15 qu’avec un fusil de chasse, et des substances pour fabriquer des bombes peuvent être trouvées sous l’évier de la cuisine.

2.- Les armes à feu ne sont pas l’apanage exclusif de la NRA, des fascistes ou des assassins antisociaux. Ils constituent souvent un moyen de dissuasion ou la dernière ligne de défense des pauvres et de ceux qui appartiennent à des minorités discriminées. L’histoire regorge d’exemples de victimes d’injustices institutionnalisées et structurelles dans lesquelles il a été possible de préserver sa vie et celle de ses proches grâce à la volonté et à la possibilité d’utiliser un fusil. De l’insurrection d’Oka dans les territoires mohawks occupés, à Robert F. Williams et aux organisations locales de la NAACP (Association nationale pour l’amélioration des personnes de couleur) qui se sont armées et se sont défendues contre le Ku-Klux-Klan. L’accès aux armes a préservé la vie de personnes que la société n’avait aucun intérêt à défendre.

Nous devons vraiment nous demander si la volonté de résoudre le problème des homicides de masse par une législation d’urgence et non par un changement culturel profond ne mettra pas fin à l’impossibilité de défendre sans résoudre aucun problème. Cette tradition [de défense armée de la communauté et des individus marginalisés] est toujours vivante et traverse un printemps. De nouveaux clubs de tir et des groupes de défense émancipateurs  émergent, dont beaucoup sont spécifiquement dédiés à la défense des opprimés. »

Lorcon

 

★ Les meilleures armes sont celles que l’on ne fabrique pas

Commenter cet article