★ L’essentiel de l’espace public dans les grandes villes est dédié à la voiture

Publié le par Socialisme libertaire

écologie voiture pollution environnement capitalisme anarchisme anarchie anticapitalisme

 

« Il est incontestable que le choc de confinement le plus direct et le plus fulminant d’un point de vue psychosocial a été vécu dans les villes, et nous ne voulons pas dire par là que les citadins méritent une attention particulière. Nous devons reconnaître que nous sommes bien moins bien préparés dans la culture urbaine à la situation pandémique vécue. Nous avons vécu la ville d’une manière différente : des rues complètement désertes, des espaces urbains vides et l’insécurité des files d’attente qui se formaient sur les trottoirs devant les supermarchés, les pharmacies et petits commerces de bouche.

Ce fait nous a également aidés à imaginer une ville sans pollution, ce poison mortel que nous respirons et dont nous nous sommes accoutumés. Nous avons normalisé sa présence. Parallèlement, nous avons conclu que nous avons besoin de quartiers mieux préparés pour un rassemblement social sûr. Nous ne demandons pas à de grands ingénieurs de réaliser des travaux urbains avec leurs plans B dans le sens d’un capitalisme vert, mais il faut s’approprier nos espaces urbains, les conquérir pour ne jamais s’y sentir étrangers.

Les villes néolibérales sont conçues pour le tourisme et la circulation de voitures particulières, un enjeu qui répond à des intérêts économiques spécifiques, mais qui transforme les villes en espaces inhabitables. Certains ports comme Le Havre qui ont misé sur les croisiéristes en sont pour leurs frais par exemple. Si les camions sont bien moins tolérés dans les centres villes, ils circulent en nombre à la périphérie des centres urbains et la pollution n’a pas de frontières atmosphériques. Ces éléments ont disparu durant le confinement et ont donné à réfléchir. Nous vivons dans des endroits qui rendent impossibles des relations humaines saines et conscientes. Les sorties au milieu de la confusion avec des rues bondées de gens qui voulaient se promener ou faire de l’exercice, rendaient difficile le maintien d’une distance physique saine et nécessaire pour certaines personnes, en raison de la configuration de l’asphalte sur lequel nous marchons. L’essentiel de l’espace public dans les grandes villes est dédié à la voiture. Les pistes cyclables sont rarement sécurisées et sont souvent balisées par des bouts de peinture au sol. La répartition des espaces est déséquilibrée ; elle devrait être l’occasion de récupérer des espaces auprès d’autres transports, et d’autres modes de déplacement dans la ville.

Le capitalisme vert, changement de système ?

Nous ne sommes plus surpris d’entendre à tout moment ce qu’ils ont appelé la «  nouvelle normalité  », qui ressemble vraiment trop à l’ancienne que nous avions dans nos vies, qui n’était autre que le stress social et l’incertitude continue au travail. Dans le désir de toujours pathologiser tout ce qui nous arrive pour se décharger de la responsabilité du système économique et social qui le sous-tend, ils nous ont fait croire que nous avions le «syndrome de la cabine». Se présentant comme un problème psychologique, le peu de désir que nous avons de revenir à nos activités trépidantes et hyper-productives avant le coronavirus.

Bien qu’en quarantaine nous avons escaladé les murs de la maison (celle qui avait quatre murs pour rester) et que nous voulions en sortir. La désescalade qui a amené la possibilité de commencer à sortir dans la rue, d’abord avec des heures limitées, puis sans aucune restriction autre que les masques faciaux et la distance physique, a révélé que nous avons peut-être passé des journées entières sans quitter la maison. Parfois, nous en discutions avec des amis comme quelque chose d’anecdotique, nous plaisantions avec la paresse de voyager au centre de la ville. Peu à peu, nous entendons parler du «syndrome de la cabine», ce découragement général et vécu principalement par ceux d’entre nous qui vivent dans les villes. Une étiquette qui semble être de la même fabrication que le syndrome d’après-vacances, ou cette haine viscérale que nous avons le lundi. Vraiment notre corps est beaucoup plus fort et plus intelligent qu’on ne le pense, il faut juste y prêter un peu d’attention et savoir bien interpréter les pistes qu’il nous propose. Notre problème n’est pas individualisé, il a évidemment une origine sociale, qui a plus à voir avec l’ennui infini que nous ressentons de cette vie imposée. Nous ne sommes pas des êtres plus faibles qu’il y a des décennies, ni plus sujets aux pathologies, ni moins aptes à survivre ; nous portons simplement une plus grande usure de «harcèlement et démolition» de ce système sur nos esprits et nos corps depuis des générations, au point de voir nos personnalités annulées. Cela a plus à voir avec l’ennui infini que nous ressentons face à cette vie imposée.

Nous avons tous vécu avec angoisse et anxiété certaines conséquences de l’enfermement, de ne pas pouvoir voir nos proches et de leur faire des câlins, l’incertitude quant à l’avenir… Cependant, nous avons également découvert que nous pouvons faire de notre vie beaucoup plus que la productivité continue, nous pouvons nous reposer, ne rien faire, ne pas accomplir ce qui semblait impensable que nous ne devrions pas faire. Le confinement nous a serrés, nous a bouleversés et nous a secoués ; évidemment, nous ne pouvons pas rester les mêmes après cette agitation.

Le problème n’est pas que nous ayons un syndrome quelconque, le problème a des racines beaucoup plus profondes et il a à voir avec la structure sociale et politique que nous avons trouvée dans ce monde depuis notre naissance. Peut-être que nous ne voulions pas sortir parce que nous détestions les vies de merde qui consistaient à travailler nos huit heures par jour pour en consommer l’argent octroyé par le patron pour ces heures ; nous ne voulions plus aller contre la montre comme des automates. Si le monde s’est arrêté et que nous nous sommes effondrés pendant un certain temps, c’est-à-dire pour reprendre l’activité à une autre vitesse, la nouvelle norme ne devrait pas être ce que les autres décident pour nous, mais ce qui est sain pour nos vies, en rejetant ce que nous ne faisons pas. A nous de transformer cette nouvelle donne en quelque chose qui vaut la peine d’être vécu. Ce qui est certain, c’est que le capitalisme vert veut ripoliner le système mais surtout pas le changer, notamment au niveau des structures de domination qui régissent le monde. »

 

★ L’essentiel de l’espace public dans les grandes villes est dédié à la voiture

Commenter cet article