★ Trois féministes juives et révolutionnaires

Publié le par Socialisme libertaire

femmes féminisme juives juifs révolutionnaire anarchisme Emma_Goldman Etta_Federn Christine_Kon-Rabe

 

« Nous sommes dans une année étrange pour de nombreuses raisons, la Covid-19 a changé nos vies de manière inattendue, exprimant les effets que le capitalisme tue (le capitalisme dans sa phase néolibérale) au niveau mondial. Mais cette année de Mai 2020 rassemble également deux anniversaires que nous ne pourrons pas célébrer comme ils le méritent mais que nous ne voulons pas oublier : le 80e anniversaire de la mort d’Emma Goldman (14 mai) et le 84e anniversaire de l’apparition du magazine Mujeres Libres (le 15 mai).

La grande aventure d’émanciper des femmes libres contenait deux mots : révolution et mots. La domination subie par les femmes s’est toujours accompagnée d’un ensemble de relations hiérarchiques de commandement / obéissance. Les hommes et les femmes sont inégaux en termes de pouvoir, même au sein des organisations ouvrières du mouvement libertaire, les femmes sont expropriées des mots. Prendre la parole était donc en soi une révolution.

L’initiative de créer un magazine comme Mujeres Libres signifiait amorcer une véritable révolution par le simple fait de prendre la parole et de parler de sa propre voix, sans hommes qui fixent des normes. Tout cela dans un contexte très particulier (Révolution et guerre civile) qui a favorisé en partie cette révolution et l’a en partie mise en danger.

George Orwell a déclaré dans Hommage à la Catalogne, que dans la Barcelone révolutionnaire, il y avait le sentiment d’être soudainement entré dans une ère d’égalité et de liberté dans laquelle les êtres humains essayaient de se comporter comme tels et non comme des éléments de la machine capitaliste. Emma Goldman a également souligné la grande liberté politique dont elle a fait l’expérience lors de sa première visite en Espagne (qui correspondait aux trois premiers mois de la Révolution). Les protagonistes de Mujeres Libres et les nombreuses femmes qui ont rejoint l’organisation du même nom ont vécu avec passion ces moments où la société était solidaire du ciment de la solidarité, sans le poids mort du pouvoir et de l’autorité. Ses témoignages ultérieurs relatent, toujours avec enthousiasme,

Une révolution, celle des femmes, qui se déroule comme une rivière souterraine et qui remet en cause la plus ancienne domination subie par la moitié de l’humanité, le patriarcat. Une révolution qui a été proposée non pas tant comme une transformation économique-sociale ou politique (qu’ils ont toujours soutenue), mais comme une mutation culturelle qui impliquait un changement vital.

Il n’est pas facile de se rapprocher de cette atmosphère partagée d’énergie magique, de ce sentiment que le monde a vécu jusque-là est rapidement devenu une relique historique, un long cauchemar laissé derrière. La promesse d’un nouveau départ qui n’avait pas de limites autres que celles de l’imagination était difficile à oublier pour nos protagonistes. Les femmes, embarquées dans l’aventure de faire avancer les femmes libres, ont vécu l’humanisation de la société qui s’est produite pendant la Révolution sociale. Une société qui a connu un tremblement de terre à l’arrière, un espace qui s’est féminisé. Un lieu où de nombreuses femmes assumaient seules de multiples responsabilités et ouvraient des voies de liberté au milieu de la guerre, des femmes qui décidaient d’abandonner le silence et de prendre la parole, des femmes prêtes à abandonner leurs chaînes animées par une atmosphère d’espoir extrêmement exaltante. Des femmes dont la vie a muté en désapprenant la passivité.

C’est ainsi que David Porter a expliqué comment la Révolution a été capturée par des personnes venues de l’extérieur pour observer ce qui se passait dans certaines régions de l’Espagne révolutionnaire, dont la perspicace Emma Goldman, dont les opinions et les émotions ont été recueillies dans les nombreuses lettres qu’il a écrites à son cercle :

« (…) La révolution n’est pas seulement euphorie et destruction. Il y a aussi une impulsion, un désir, un élan pour créer des alternatives libératrices à long terme. (…) L’aspect ludique et festif de l’expérience humaine qui complète, donne du sens et imprègne complètement l’aspect de l’effort ».

Les alternatives libératrices à long terme impliquaient, comme nous l’avons dit, un saut culturel qualitatif qui a fait grandir l’espoir et la volonté de changer la société au point, non seulement de surmonter les limites d’un système de pouvoir donné, mais de rompre complètement le pacte, membrane culturelle qui séparait l’espace symbolique du pouvoir de l’espace symbolique de la liberté. La membrane compacte que les femmes libertaires, impliquées dans le projet Femmes Libres (Free Women), voulaient briser, était constituée de sédiments qui s’étaient accumulés pendant des milliers d’années dans les structures mentales et l’imaginaire social, consolidés dans des comportements autoritaires et des valeurs hiérarchiques typiques de sociétés basées sur la domination patriarcale.

Briser une généalogie de femmes silencieuses et dominées n’a pas été facile, rejeter et affronter toute forme de domination était un programme qui en soi était une révolution, surtout quand elles se sont mises au travail pour construire des relations sociales et des comportements individuels sous des paramètres de classe et genre radicalement nouveaux. Cette révolution n’a succombé qu’en 1939.

Emma Goldman avait une relation avec ce processus révolutionnaire, comme nous l’avons déjà mentionné, mais sa relation avec le mouvement libertaire espagnol a commencé plus tôt. La première activité publique à laquelle il participe en relation avec l’Espagne est la réunion qu’Harry Kelly organise en 1896 en réponse à la nouvelle de la répression à Montjuïc. Plus tard, il est venu pour une brève visite en Espagne entre décembre 1928 et janvier 1929, rencontrant Teresa Claramunt et la famille de l’Oural. Elle établit des contacts directs avec la CNT lors des congrès internationaux du réseau des syndicats en 1920 et 1921. Toujours à Berlin en décembre 1922 lors de la création de l’Anarchosyndicalist International (IWMA).

Mais leur relation la plus proche s’est produite dans le contexte de la guerre civile et de la révolution qui a suivi. Goldman était ambivalente à propos de la Révolution espagnole, passant d’une position critique et puriste initiale à une approbation enthousiaste et un retour à la position d’origine. Elle s’est rendue en Espagne à trois reprises, entre son premier séjour (septembre à décembre 1936) et le troisième (septembre à novembre 1938), une période d’un peu plus de deux ans s’étant écoulée, sa deuxième visite a eu lieu entre septembre et Novembre 1937. Au cours de ses visites, elle a passé la plupart de son temps à voyager dans différentes régions de l’Espagne républicaine, observant les efforts de construction en cours et la ligne de front. Elle a proposé d’aider à la propagande internationale, de devenir infirmière, serveuse, baby-sitter, ou de divulguer des méthodes de contrôle des naissances et d’hygiène. La mauvaise connaissance de la langue et les arguments des anarchistes espagnols selon lesquels leur plus grande contribution était la propagande à l’étranger, l’ont convaincue de quitter l’Espagne et de mener à bien cette tâche depuis la Grande-Bretagne.

En septembre 1938, elle s’est rendue pour la dernière fois en Espagne, le 1er octobre, elle a assisté à la session plénière ordinaire du Conseil général de la SIA à Barcelone, à cette réunion, elle était accompagnée de Lucía Sánchez, en tant que secrétaire général, Mateo Baruta, en tant que vice-secrétaire, Fidel Il a regardé la voix de la propagande et la voix de Lucas Accounting. La réunion a été ouverte par Lucía Sánchez qui, « étant donné que la langue espagnole cause des difficultés à la camarade Emma, ​​à la camarade Cristina Kon, attachée de propagande et secrétaire du procès-verbal des réunions, est nommée interprète », en raison de sa maîtrise de plusieurs langues.

Emma Goldman, Etta Federn et Christine Kon-Rabe, trois femmes étrangères qui avaient en commun d’être anarchistes et juives, ainsi que d’être impliquée dans la cause de la Révolution pendant la guerre civile, faisaient partie de l’internationalisme de résistance dans lequel la classe a prévalu pendant en plus de la question juive. L’internationalisme était l’horizon de l’aspiration socialiste à la justice universelle, la lutte pour l’émancipation de l’humanité a transformé l’affiliation juive en un fait sans importance. En ce sens, la révolution anarchiste espagnole a été un pôle d’attraction pour tout révolutionnaire, surtout s’il était anarchiste, et aussi pour ceux d’origine juive comme les trois femmes dont nous parlons.

Nous ne pouvons pas oublier que ces trois femmes étaient des féministes (au moins Etta et Emma à coup sûr), Goldman a soutenu Free Women depuis le début comme une initiative fondamentale pour former les femmes qui travaillent. C’est Mercedes Comaposada qui a contacté Goldman par une lettre écrite le 17 avril 1936, lui demandant sa collaboration et expliquant les objectifs du magazine. Le remerciant pour la lettre que Goldman leur a envoyée, Comaposada lui a demandé dans une nouvelle lettre datée du 16 juin une nouvelle collaboration pour le troisième numéro.

Ces contacts avec Free Women et avec la CNT-FAI ont facilité la première visite de Goldman en Espagne, sa disponibilité pour aider la Révolution a donné lieu à divers pouvoirs pour agir en Grande-Bretagne. Mercedes Comaposada lui a envoyé deux accréditations en juillet 1937 dans lesquelles elle a été nommée « correspondante et représentante de Free Women Publications en Europe et aux États-Unis d’Amérique », ainsi que représentante et « déléguée de la nouvelle Fédération nationale des femmes libres », forme d’organisation qui a été adoptée en août. De même, la Confédération régionale du travail de Catalogne et le Comité national de la CNT lui ont envoyé des documents distincts reconnaissant qu’elle agissait en leur nom en Angleterre. De même, la SIA l’a nommée son représentant en octobre 1938.

Emma Goldman est décédée à Toronto (Canada) le 14 mai 1940, elle était une femme vieillissante et fatiguée mais toujours active ; elle est décédée alors qu’elle se rendait au Canada pour collecter de l’argent et exprimer sa sympathie pour l’exil anarchiste espagnol.

Deux anniversaires inspirants que nous ne pouvons pas manquer sans les célébrer car ils font partie de notre généalogie anarcho-féministe. »

Laura Vicente

 

★ Trois féministes juives et révolutionnaires

Commenter cet article