★ Les idées de Malatesta toujours d’actualité

Publié le par Socialisme libertaire

Malatesta anarchisme


« Il ne fait aucun doute que les idées d’Errico Malatesta (né en Italie à Santa María Capua Vetere, le 4 décembre 1853) ont, au fil des ans, trouvé une actualité et une validité chez les anarchistes d’aujourd’hui. Certains principes d’autres auteurs libertaires ont vieilli, dans le cas de Malatesta, ses écrits semblent contemporains, frais et d’une rébellion très actuelle. Son idéologie communiste anarchiste maintient sa vigueur.

Nous en avons un exemple dans sa vision de la violence. Son « où le besoin se termine le crime commence » est éclairant. Il nous explique que ce que l’État considère comme un crime est, dans la plupart des cas, la légitime défense des exploités et des opprimés pour lesquels la violence est moralement justifiée. Analysant ses textes, son biographe Luigi Fabri le souligne avec brio : « Personne ne peut échapper à ce que ceux qui détiennent une série de privilèges qui ont leurs racines dans les souffrances des autres n’y renonceront pas de leur propre initiative. Ce serait une violence révolutionnaire, contre la violence conservatrice de l’organisation politique et économique actuelle de la société ». Cependant, Malatesta a précisé que les anarchistes sont contre toute violence parce que la violence en soi est un mal. Pour cette raison, à son avis, la révolution doit libérer le peuple de toutes les impositions gouvernementales et patronales, et non créer de nouvelles impositions. Il a dit que l’anarchisme était la négation de la violence mais contre elle il n’y a pas d’autre moyen de se défendre qu’avec la violence ; mais alors, le violent n’est pas celui qui se défend mais celui qui force les autres à se défendre « et ajoute » puisque les privilégiés maintiennent avec force un ordre de choses qui produit martyre, brutalité et mort par épuisement de millions des créatures humaines, nous avons besoin, nous avons le devoir de nous opposer à la force.  »

Et il a insisté : méfiez-vous de la violence ! Il a averti : « la haine ne produit pas l’amour et avec la haine le monde n’est pas renouvelé, et la révolution haineuse échouerait complètement ou installerait une nouvelle oppression qui pourrait même être qualifiée d’anarchiste mais qui ne serait pas une oppression mineure et ne cesserait pas de produire les effets qui produit toute oppression ». Et cela se termine : « la violence, tant qu’elle est utilisée pour se libérer et ne pas se soumettre aux autres, est nécessaire dans une société bâtie sur la violence. Mais s’il n’y a pas d’idée supérieure de solidarité humaine, la rébellion est stérile : la violence est source d’oppression ».

Syndicalisme et anarchisme

Une autre vision avec laquelle nous sommes tout à fait d’accord est celle qu’il a sur le syndicalisme. Il le considérait, par sa nature même, comme réformiste et non révolutionnaire. Nous voyons cela dans la façon de faire du syndicalisme aujourd’hui, à la fois dans les organisations à tendance social-démocrate et parmi les anarcho-syndicalistes eux-mêmes, à quelques exceptions près, bien sûr, qui sont atteintes malgré un grand effort pour ne pas tomber dans la dynamique du changement immédiat et de l’amélioration des conditions matérielles perdant l’objectif de transformation sociale. Cependant, Malatesta promeut la pratique associative de l’action directe et de la grève générale et de la solidarité de classe au-dessus de toutes les divisions idéologiques ou partisanes. Il considérait que le syndicalisme avait déjà des symptômes de dégénérescence à cette époque, et bien qu’il soit favorable à l’organisation syndicale et favorable à ses armes de lutte (action directe, grève générale), il refusait d’y voir les seules formes de combat et de révolution et, surtout, il refusait de les subordonner aux fins de l’anarchisme en tant que doctrine de l’avenir.

Et c’est que pour Malatesta, le mouvement ouvrier en lui-même et sans le ferment des idéaux révolutionnaires, loin d’atteindre la transformation de la société tend à favoriser les égoïsmes de catégories et à créer une classe de travailleurs privilégiés superposée à la grande masse des déshérités. C’est pourquoi il a conclu que toute fusion ou confusion entre le mouvement anarchiste et révolutionnaire et le syndicaliste finit par rendre le syndicat impuissant à ses fins spécifiques ou en atténuant, falsifiant et éteignant l’esprit anarchiste qui s’y trouve.

Toujours dans ses réflexions sur les démocraties bourgeoises, nous sommes surpris par sa lucidité. Il est bien interprété par les camarades de l’athénée anarchiste d’Alcorcón dans le prologue du livre « Malatesta sa vie et sa pensée » : « Pour Malatesta, le mirage électoral a été fatal pour atteindre tout objectif de changement social, car il a habitué les gens à déléguer l’initiative de leurs propres affaires et a absolument nié ce qui est maintenant appelé l’autonomisation : cela n’a finalement servi qu’à renforcer la dépendance et le principe d’autorité. »

Il est important de souligner que Malatesta, contre d’autres auteurs anarchistes aveuglés par le « scientisme » déterministe de l’époque où ils ont dû vivre, héritiers encore proches de la Révolution française, a toujours défendu l’importance de la « volonté » contre ce pseudo-scientificisme.

Comme d’autres anarchistes de la première période, Malatesta était une personne morale, ce qui signifie cohérent entre ses principes et sa vie. Né dans une famille aisée, dès qu’il a pu, il s’est débarrassé de tous ses biens, les affectant à la propagande et aux pauvres, il a abandonné ses études universitaires pour aller « mieux au peuple ». Depuis lors, il était toujours pauvre et gagnait sa vie en tant que mécanicien. Malgré ses difficultés, il avait pour règle de conduite de ne pas demander au mouvement et à son groupe anarchiste dans lequel il militait les moyens matériels de vivre.

Il comprenait parfaitement que la propriété individuelle et le pouvoir politique étaient deux maillons de la chaîne qui asservissent l’humanité. « Abolir la propriété individuelle sans abolir le gouvernement et elle sera reconstruite par les dirigeants. Abolissez le gouvernement sans abolir les propriétés individuelles et les propriétaires reconstruiront le gouvernement. »

La question était claire, ou les choses sont administrées selon les accords libres des parties intéressées et ensuite c’est l’anarchie – dit-il – ou elles sont administrées selon la loi faite par les administrateurs et puis c’est le gouvernement, c’est l’État, et fatalement ça devient tyrannique.

L'insurrection

L’analyse de Malatesta sur la Révolution sociale l’amène à dire clairement que tout changement profond dans la structure sociale, politique et économique aura lieu après un événement violent. Cela impliquera une lutte matérielle, une insurrection armée, la parade nuptiale des barricades, des partis armés, l’enlèvement des avoirs des classes contre lesquelles ils se battent et le sabotage des médias. En bref, « l’effondrement de l’insurrection des castes  », « classes privilégiées », a-t-il souligné.

Et c’est que l’insurrection anarchiste italienne est le fait nécessaire et essentiel de toute révolution. Il voulait contrer d’autres thèses qui prônaient l’éducationisme sans plus tarder, où « à force de diffuser l’enseignement, de prêcher la libre pensée, la conscience positive peut détruire le système ». Cette réflexion a également été appliquée au syndicalisme : « qui prétend que l’organisation des travailleurs conduit automatiquement, par sa propre vertu, à la destruction des salaires et de l’Etat ».

Pour l’anarchiste italien, cependant, l’ennemi immédiat « auquel nous devons lancer notre premier assaut » est l’État et le gouvernement. Et il n’est pas nécessaire d’attendre les conditions idéales pour cela, raison pour laquelle il comprend que ce serait une grave erreur de reporter l’insurrection « pour quand les masses seront préparées ». Selon lui, la mission de notre volonté est de profiter de toute tendance éventuelle des masses à guider le mouvement dans un sens libérateur. Une fois de plus, le rôle de la volonté dans le changement social ressort : « l’insurrection ne viendra pas d’elle-même, ni ne suivra la meilleure direction par la soi-disant force des choses ou par les lois naturelles ou comme conséquence du développement et de la crise du capitalisme. Il ne suivra que le meilleur sens que les forces conscientes qui y travaillent ont pu impressionner ». C’est pourquoi il a proclamé que le devoir des anarchistes est de toujours être au milieu du peuple en rébellion.

Cela ne signifie pas que les anarchistes n’ont pas à établir certaines alliances avec des éléments d’action des différents mouvements ou des idées avancées pour préparer l’insurrection, même si cela a mis en garde contre le danger que les anarchistes soient amenés à abdiquer leurs propres principes pour se confondre avec les autres.

En ce qui concerne la résistance passive ou ce que nous appelons maintenant la non-violence, Malatesta était clair à ce sujet il y a plus de cent ans :  « il y a des cas où la résistance passive est une arme efficace et alors ce serait certainement la meilleure arme, car ce serait la plus économique dans la souffrance humaine. Mais la plupart du temps, professer une résistance passive signifie protéger les oppresseurs contre la peur de la rébellion, et donc trahir la cause des opprimés.  »

Sa position pacifiste envers la guerre différencie les deux. La guerre, la violence, ne produit pas la civilisation mais la barbarie. Il n’y a pas de guerre sainte autre que celle menée pour se libérer de l’oppression, il n’y a pas plus de violence juste que celle qui rejette la violence. »

Le « parti » anarchiste de Malatesta

Pour Malatesta, l’organisation des anarchistes était cruciale pour transformer la société. Bien qu’il ait fait référence dans ses écrits à un « parti anarchiste », il ne l’a pas fait dans le sens d’un parti bourgeois, mais d’organisation : « nous nous référons au groupe de ceux qui sont sur le point d’aider à faire de l’anarchie une réalité et qui ont donc besoin d’établir une fin à atteindre et un chemin à suivre » , Il était conscient que chaque organisation crée des dirigeants et a mis en garde contre ce danger : » si les anarchistes ne sont pas en mesure de se rencontrer et de conclure des accords entre eux sans avoir à recourir à une autorité qui signifie que même ils sont loin des anarchistes et qu’avant de penser à instaurer l’anarchie dans le monde, ils devraient consacrer une certaine réflexion à se préparer à vivre anarchiquement. (..) Si les membres d’une organisation, tous, ne se préoccupent pas de penser, essayant toujours de comprendre et d’utiliser leurs facultés critiques pour tout et pour tout le monde, et au lieu de cela, laissez quelques-uns réfléchir pour tout le monde, alors ces quelques-uns seront les leaders, les penseurs et les leaders. » Malgré tout, il croit fermement que l’organisation est nécessaire car « l’origine et la justification de l’autorité résident dans la désorganisation sociale. (…) Loin de conjurer l’autorité, l’organisation représente le seul remède contre elle et le seul moyen par lequel chacun de nous peut s’habituer à être une partie active et réfléchie de notre travail collectif et cesser d’être des outils passifs entre les mains des dirigeants », et se termine : « plus nous sommes unis, plus nous pouvons nous défendre efficacement » et même s’il vaut mieux être désuni que malvenu, « Laissez tout le monde rejoindre leurs amis et ne laissez personne partir seul, en perdant des forces. » Nous, anarchistes, avons beaucoup à apprendre de Malatesta, un lien entre la première génération d’internationalistes pionniers et la génération suivante, celle qui a rendu possibles les révolutions espagnole et mahknoviste. Ses thèses ont traversé le temps et continuent à être valables pour nous comme outils de lutte dans un monde de plus en plus pourri. »
 

 ★  Groupe anarchiste Higinio Carrocera    

 

★ Les idées de Malatesta toujours d’actualité
★ Les idées de Malatesta toujours d’actualité

Commenter cet article