★ Face à la stupidité de l’Etat : autodiscipline ouvrière

Publié le par Socialisme libertaire

Anarchisme Anticapitalisme Coronavirus #Covid19 capitalisme Etat étatisme

 

« Le 31 décembre dernier, la Chine a annoncé au monde une nouvelle souche de coronavirus qui avait les conditions pour être transmise à l’homme. Il s’est largement répandu, provoquant un nombre considérable de personnes infectées dans le monde entier. D’autre part, ce virus aura des conséquences multiples pour les travailleurs. 

Aspects économiques

Dans les pratiques du capitalisme, la spéculation économique est presque un rituel car, comme on le sait, moins il y a de produits, plus ils sont chers et quand il y a davantage de produits, ils baissent de prix. Une espèce de loi de la rareté selon l’offre et la demande.

Ainsi, afin d’obtenir des profits suffisants, le capitalisme fait produire non pas en vertu de la demande, mais pour obtenir une offre réduite qui fera monter ses prix, ce que nous verrons un peu plus loin avec le thème de l’huile.

De cette façon, nous avons de nombreux exemples pour lesquels les usines ne commencent pas à fonctionner à 100%, mais seulement assez pour maintenir la demande. Nous avons également l’exemple de bateaux jetant par-dessus bord des aliments dans la mer plutôt que de les donner ou de les vendre à bon marché; on pourrait même parler des soi-disant «grèves japonaises», une légende (son existence n’a pas été prouvée) selon laquelle les grévistes, au lieu d’arrêter la production, travaillent à toute vapeur, produisant ainsi une offre excédentaire avec une baisse des prix qui en découle, avec un préjudice logique pour l’entreprise.

Nous avons donc un fait reconnu par l’économie, et qui s’applique au contexte de la pandémie et se traduit par ce qui suit : lorsque les travailleurs arrêtent la production à cause de la pandémie, les produits s’épuisent en peu de temps et la hausse des prix est la suite logique à cela.

Il est clair que tous les travailleurs ne s’arrêteront pas, mais 40%, le feront.

Certains de ces travailleurs rentreront chez eux avec un chômage partiel (84% de leur salaire, mais avec aucune prime en France), mais beaucoup rentreront chez eux les poches vides comme aux Etats-Unis, avec à la clef un chômage de millions de personnes sans filet de sécurité sociale.

Qu’est-ce que ça signifie ?

Les travailleurs payés auront un pouvoir d’achat, mais les marchandises risquent d’augmenter, leur situation ne sera donc pas tout à fait la meilleure, car l’argent paiera moins ; les travailleurs qui ne reçoivent pas de salaire, n’ayant pas de pouvoir d’achat, ne pourront pas acquérir ce qui est nécessaire à leur survie et cela deviendra beaucoup plus précaire qu’auparavant. L’exemple de ces millions d’Américains qui perdent leur couverture sociale avec la perte de leur emploi, sans compter les traites de crédit qui continuent à courir, est là pour nous le rappeler. En Inde, la situation est de même dramatique car sans emploi, les gens meurent de faim. Les Indiens se trouvent dans l’alternative d’être contaminés par le Covid-19 ou de ne pouvoir se nourrir.

Quant à l’économie, faute de pouvoir d’achat stable, les marchandises seront rares en raison du manque de producteurs, d’une part, et d’autre part, elles ne seront pas facilement acquises ; quelle que soit la marchandise, celle-ci sera vendue à des prix élevés, de sorte qu’une situation de pauvreté plus grave apparaîtra immédiatement pour les travailleurs ; on voit déjà les difficultés financières des parents, dans certains quartiers français, qui ne peuvent plus faire manger leurs enfants à la cantine puisque les écoles sont fermées .

Le dollar est toujours la monnaie privilégiée dans les échanges mondiaux ; les prix des marchandises augmentent de façon exponentielle dans le monde entier et la spéculation sur certains produits est palpable.

Ce virus vient agiter les capitalistes, car si leurs entrepôts ne seront pas efficients à 100%, cela assure une hausse des prix mécanique.

C’est, maintenant, que l’Etat, cette institution de protection du capitalisme, se consacre à assurer un minimum de pouvoir d’achat aux travailleurs, à la fois pour que la production ne s’arrête pas complètement, et pour que les travailleurs aient la possibilité d’acquérir les produits à des prix plus élevés et avec des conséquences désastreuses, mais pouvoir les acquérir quand même.

Au fond, on retrouve les pratiques quotidiennes du capitalisme, mais de manière émergente : faire vivre les travailleurs dans des conditions de pauvreté, mais pas trop pour qu’ils puissent rester en vie et reconstituer leur force de travail ; plonger les gens dans la misère, mais leur donner un minimum d’argent pour qu’ils puissent continuer à consommer. Le capitalisme ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or.

De cette façon, nous voyons le gouvernement « préoccupé » par une récession économique. Pour atténuer cela, on donne des milliards de crédits aux entreprises, et des miettes aux travailleurs. Les facilités de paiement pour certaines choses reposent sur le salaire de certains travailleurs et des paiements moyens pour d’autres.

Ils ne cherchent pas à empêcher la spéculation, mais à donner aux travailleurs un minimum de possibilités d’achat. Ce n’est pas gratuit, bien sûr.

Les crédits et les facilités de paiement pour les travailleurs ne signifient rien d’autre que des travailleurs non seulement exploités, dans la misère et sans emploi qui leur permet d’avancer un peu, mais ils seront également endettés jusqu’au cou.

Et pourtant, ils n’arrêtent pas la spéculation.

En effet, les prix des produits montent en flèche de façon exponentielle sans que les États prennent soin de l’arrêter. Ils feront, le cas échéant, quelque chose contre certains établissements, mais ils laisseront l’impunité aux grandes entreprises de spéculer sur les prix, ou tout au plus elles seront condamnées à une amende, ce qui signifie peu par rapport aux bénéfices juteux qu’elles réalisent.

Et c’est que la spéculation ne se limite pas au simple fait de hausser les prix, mais qu’elle s’exécute même lorsqu’elle reste la même qu’avant la pandémie.

À la mi-mars de cette année 2020, déjà en présence du coronavirus, l’Arabie saoudite a lancé une offensive pétrolière en menant une surproduction de pétrole (jusqu’à 1 000 000 de barils par jour) qui a contraint les États-Unis à baisser ses prix et avec lui tous les pays pétroliers.

Nous avons vu auparavant que moins il y a de produits, plus ils sont chers, et plus il y a de produits, moins ils sont vendus.

Aussi, l’offensive pétrolière de l’Arabie saoudite a entraîné une baisse mondiale du prix du pétrole.

Cette baisse des prix signifie que l’essence baisse également. Il est bien connu que l’essence détermine également la hausse ou la baisse des prix des marchandises. L’essence étant moins chère, le coût du transport de marchandises est également réduit.

Eh bien, avec la chute du pétrole, le prix de l’essence a également chuté… mais contrairement à ce que la logique indiquerait, les biens montent en prix.

Nous savons que le capitalisme cherche à augmenter les prix avec la spéculation, mais en même temps, les prix devraient baisser en raison de la réduction du coût du pétrole. Le prix de l’essence baisse à la pompe mais des millions d’automobilistes ne peuvent en profiter à cause du confinement. Pour autant, les prix des marchandises devraient diminuer puisque le coût du transport diminue. Ce n’est pas ce que nous constatons en faisant nos courses.

Normaliser les prix du pétrole.

Cela a conduit AMLO, le président mexicain, à annoncer au Mexique il y a quelques jours la réduction de la production de pétrole de 100 000 barils par jour ; Trump, pour sa part, réduit la production américaine de 250 000 barils par jour.

Cela aura pour conséquence que, comme la production est moindre, le prix du baril de pétrole se normalisera par rapport aux prix antérieurs à l’offensive saoudienne.

Nous avons alors vu que tandis que le capitalisme cherche à spéculer sur les prix, l’État, le chien de garde du capitalisme, est chargé de normaliser les prix du pétrole afin que cela empêche toute baisse des prix.

Réalisons-nous les actes nocifs de l’État et du capitalisme ?

Les gens meurent dans les hôpitaux d’un virus ; d’autres sont licenciés, d’autres encore soumis au chômage partiel avec salaire réduit, et parallèlement les marchandises augmentent de prix.

Dans ce contexte, lorsque les gens ont le plus besoin de manger et de consommer, l’État et le capitalisme s’embrassent fraternellement pour étrangler davantage le peuple.

Ainsi, même lorsque le capitalisme n’a pas spéculé sur les prix et ne les a pas augmentés, la baisse du prix du pétrole fait chuter les prix et s’ils se maintiennent, c’est aussi une forme de spéculation. Situation aggravée quand non seulement ils sont maintenus, mais les prix de produits de première nécessité sont relevés.

Rentrer chez soi, se confiner, ce qui est recommandé dans le cas présent, devient, quelle que soit la façon dont on la regarde, une chose rationnelle en ce qui concerne l’endiguement de la pandémie, mais dans une véritable offensive contre les travailleurs par l’État d’une part et le capitalisme de l’autre.

Le rationnel dans ces cas impliquerait la socialisation des moyens de consommation, mais n’allons pas aussi loin. Une économie assez équitable impliquerait l’arrêt immédiat des paiements de loyer, de crédits et de dettes, ainsi qu’une baisse du prix des produits et un chômage avec plein salaire. De cette façon, à la fin de la pandémie, l’économie n’aurait guère souffert car le pouvoir d’achat du travailleur ne serait pas moindre et l’économie se redresserait plus rapidement.

Mais même ces mesures tièdes ne sont pas prises. Le capitalisme est autorisé à agir dans un véritable banditisme économique, exacerbant les conditions précaires au moment même où une pandémie est en cours.

Évidemment, il y a aussi une inflation du nombre de morts et infectés par le virus ; le virus existe, il est réel, et il est tellement réel que, même s’il n’a pas le pouvoir de mortalité d’autres pandémies, il a déjà tué par dizaines de milliers dont aussi des anarchistes.

Ce simple fait suffirait pour ne pas un instant nier l’existence du virus.

Le taux de mortalité du virus est faible, c’est vrai, mais c’est une vérité indéniable que le virus existe et tue.

Le pire de ce virus n’est pas son taux de mortalité, mais son utilisation : créer une panique aux conséquences désastreuses pour le travailleur. L’économie écrase le travailleur avec un poids terrible, et cela n’est pas une invention.

Ceci, qui est réel, devient une arme de plus du capitalisme, ennemi implacable des travailleurs.

Que faire maintenant ?

Il s’agit d’une éventualité et, en tant que telle, elle impose ses propres conditions, indépendamment de ce que dit l’État.

Descendre dans la rue propagerait le virus. Le virus coûte cher aux patients car être infecté ne signifie pas seulement les médicaments qui peuvent (ou non) être gratuits, mais aussi le transfert des membres de la famille vers les hôpitaux et les dépenses que cela génère dans certains pays. Mais se confiner reste la meilleure voie en attendant de trouver un traitement puis un vaccin.

Jamais dans l’histoire de l’humanité les travailleurs n’ont rien eu de bon à attendre de l’État. Mais dans une pandémie, peu importe ce que pense l’État.

Les travailleurs doivent s’isoler autant que possible non pas à cause de ce que dit leur ennemi, mais à cause de leur propre sens des responsabilités. Nous ne voulons pas être assimilés à ces centaines de militaires contaminés sur le porte-avions français Charles de Gaulle.

Les travailleurs devraient-ils aller travailler parce qu’autrement ils ne mangent pas ? Compréhensible ! Personne n’a pensé à dire aux travailleurs de rester à la maison même lorsqu’ils meurent de faim…

Devraient-ils sortir et acheter de la nourriture ? Depuis lors ! Personne n’a dit de se nourrir de briques à la sauce caillou.

Mais en dehors de ces besoins vitaux pour l’être humain, nous devons maintenir notre propre discipline qui noie le virus, car plus vite il passe, mieux c’est pour tout le monde. Cela n’empêche pas les actions de solidarité dans les immeubles, dans les quartiers… Il est vrai que le confinement a été mis en place de manière rigoriste par les gouvernements car il y avait pénurie de masques et de matériel médical comme les respirateurs.

Nous ne pouvons rien attendre de l’État qui, comme nous l’avons vu, se fond dans une étreinte fraternelle avec le capitalisme pour affamer le peuple. Nous ne pouvons rien attendre d’autre que ce que nous ferons. N’est-ce pas quelque chose que les anarchistes ont répété pendant près de deux siècles d’existence ?

Dites-nous comment être à la hauteur de nos semblables. Donnons aux gens une démonstration de responsabilité.

Certains camarades font ce qu’ils peuvent pour ne pas arrêter leurs activités anarchistes : écrire, publier des livres et des journaux, faire grève des loyers, donner des articles de santé aux secteurs précaires, faire pression sur les institutions publiques pour fournir des articles sanitaires aux hôpitaux, etc. et tant de choses qui méritent des applaudissements, car même au milieu d’une pandémie, l’impulsion anarchiste ne s’arrête pas.

Cela arrivera, compagnons, cela arrivera sans aucun doute, laissant une trace de désastre pour l’économie déjà précaire des travailleurs. Mais pendant que cela se produit, nous ne devons pas arrêter nos activités, mais les mener à bien avec d’autres caractéristiques en fonction du moment, de la situation.

À la question initiale « Que faire ? » Il ne peut y avoir qu’une seule réponse : continuer à être anarchistes dans une pandémie ou sans pandémie, dans l’éventualité et quand cela se produit, parce que le présent et l’avenir de nos idées dépendent du maintien d’un comportement solidaire et d’une propagande anarchiste vivante.

Maintenir l’autodiscipline et appeler tout le monde à cela, afin que notre conduite de responsabilité contraste avec la stupidité et l’irresponsabilité de l’État et fasse voir aux travailleurs qui sont leurs ennemis.

Gardons nos positions. Inflexibles à tout réformisme. Au plus fort des circonstances. Prêts à retourner dans les rues dès que nous pourrons, pour manifester et revendiquer. »
 

★ Face à la stupidité de l’Etat : autodiscipline ouvrière

Commenter cet article