★ L’extrême-droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans

Publié le par Socialisme libertaire

extrême-droite fascisme racisme


En 2013, Clément Méric, jeune antifasciste de 18 ans, mourrait sous les coups de militants nationalistes, dévoilant au grand public la violence de ces groupes d’extrême-droite. Cinq ans plus tard, le nombre d’agressions commises par cette mouvance d’ultra-droite se compte toujours en dizaines chaque année, en France et en Europe. 

« L’extrême droite tue, faisons son procès », proclame une affiche du Comité pour Clément, à l’approche de la comparution devant les assises de Paris des trois militants du groupe Troisième Voie responsables de la mort de Clément Méric. Une alerte pour rappeler que la marque de fabrique de ces mouvements est d’imposer leurs idées par la violence, voire la terreur. Mais aussi une protestation contre les discours renvoyant dos à dos fascistes et antifascistes ou tendant à réduire la mort de Clément Méric à une banale bagarre de rue.

Si aucun autre mort n’est à imputer à la mouvance d’ultra-droite en France depuis 2013, les agressions et projets d’attentats ou d’assassinats n’ont pas manqué. Au mois de juin, dix membres d’un groupuscule baptisés Action des forces opérationnelles sont mis en examen. Ils sont suspectés de préparation d’attentats contre des musulmans. Lors des perquisitions, 36 armes à feu et des composants servant à la fabrication d’explosifs sont saisis. L’an dernier déjà, dix personnes avaient été interpellées dans l’entourage d’un ancien militant de l’Action française, lui-même arrêté en juin, pour des projets d’attentats visant des hommes politiques et des mosquées. Parmi les cibles : Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner.

Des velléités de déstabilisation qui rappelle la tentative d’assassinat visant Jacques Chirac pendant le défilé du 14 juillet 2002, année ou un parti d’extrême-droite, le Front national, accédait au second tour d’une élection présidentielle pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le tireur s’appelait Maxime Brunerie. Il était proche du groupe Unité radicale, transformé par une partie de ses cadres après sa dissolution en Bloc identitaire. Certes, depuis l’assassinat de Clément Méric en 2013 aucun mort n’est à dénombrer dans l’hexagone du fait de l’extrême droite. Pour autant, il n’en est pas de même ailleurs. Cette année au mois de juin, un néonazi slovaque agresse un Philippin de 36 ans qui meurt quelques jours plus tard à l’hôpital. Dans l’été, c’est un Marocain de 43 ans qui est mort en Italie des coups qu’il a reçus.

L’an dernier à Charlottesville aux États-Unis, l’assassinat de Heather Heyer par un néonazi fonçant sur la foule avec son véhicule lors d’une manifestation de suprémacistes blancs a suscité une émotion mondiale. À Charlottesville, une seule des victimes est décédée. Ce n’est pas le cas en Norvège en 2011. Là, Anders Breivik tua 69 adolescents lors de l’attaque du camp d’été des jeunesses travaillistes sur l’île d’Utoya et huit personnes de plus au siège du gouvernement. Un crime de masse qui n’est pas le premier imputable aux mouvements nationalistes. Dans les années 90, trois attentats liés à l’extrême-droite sont perpétrés aux États-Unis, dont celui d’Oklahoma City où ont été dénombrés 168 morts et 500 blessés. Par le passé, des néofascistes italiens avaient fait exploser une bombe à la gare de Bologne. Le bilan fut meurtrier avec 85 morts et 177 blessés. Plus près de l’hexagone et dans le temps, un groupuscule néonazi allemand a assassiné huit Turcs, un Grec et une Allemande, entre 2000 et 2007.

Agressions partout

La violence politique des courants nationalistes ne se résume pas à ces cas les plus atroces. Hasard du calendrier, cinq militants de la mouvance d’extrême-droite lyonnaise ont été jugés le lendemain de l’ouverture du procès des responsables de la mort de Clément Méric. Ils ont été condamnés à des peines de prison allant de un an à dix-huit mois, assortis partiellement de sursis, pour avoir poignardé deux mineurs considérés comme antifascistes, dans le quartier Saint-Jean en 2014. Toujours en France, deux membres fondateurs du Bastion social à Marseille ont été condamnés en juin à six mois de prison pour avoir frappé un gendarme et un de ses amis guadeloupéens. L’un des deux assaillants avait déjà été condamné au mois de mai pour l’agression d’un couple d’origine maghrébine à Aix-en-Provence à l’issue d’une manifestation du Bastion social.

Autre fait d’armes de l’ultra-droite en ce début d’année 2018, l’attaque, barre de fer à la main, du lycée autogéré de Paris par des activistes du GUD le 16 mars. Deux élèves ont été légèrement blessés pendant l’intrusion. Cette agression a été la première d’une longue série pendant le mouvement étudiant contre Parcoursup : à Lille le 26 mars, à Strasbourg où 6 étudiants ont été tabassés le 28 mars, à la faculté de Tolbiac attaquée la nuit du 6 au 7 avril. La liste déjà longue des violences ne s’arrête pourtant pas là au cours des douze derniers mois : les locaux du PCF et de la CNT attaqués à Lyon, un jeune d’origine maghrébine tabassé à Strasbourg, un jeune antifasciste de 16 ans laissé pour mort à Nantes. La liste, loin d’être exhaustive, semble sans fin.

À la conquête de la rue et du pouvoir

Loin de se borner aux frontières françaises, le phénomène touche la plupart des pays européens sur fond de poussée électorale des forces politiques nationalistes. Avant les élections législatives italiennes, un groupe antifasciste publie une cartographie répertoriant 179 agressions à caractère raciste ou fasciste, incluant six homicides depuis 2014. Pendant la campagne électorale, un ex-candidat de la Ligue du Nord tire et blesse six étrangers. Depuis l’arrivée aux responsabilités de ministres d’extrême-droite, les agressions ont augmenté de 10 %. La presse transalpine en a comptabilisé une trentaine. Et deux morts.

En Grèce, le parti néonazi Aube Dorée, présent au Parlement avec 18 députés, a lancé plusieurs attaques au mois de février contre des squats antifascistes hébergeant des migrants. Cinq personnes ont été blessées. Cette violence d’Aube dorée ne cible pas exclusivement les militants antifascistes et les migrants. Au mois de mai, le maire de Thessalonique a été roué de coups par quatre extrémistes de droite lors d’une manifestation. L’Allemagne est également touchée par ces démonstrations de violence alors que l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) progresse électoralement. Elle a envoyé 94 députés au Bundestag en 2017 et est créditée de 20 % des intentions de vote pour les prochaines élections dans trois Länder de l’ex-Allemagne de l’Est.

Fin août, le meurtre d’un Allemand de 35 ans pour lequel deux migrants sont suspectés a donné l’occasion à plusieurs groupes d’extrême-droite, dont l’AfD, d’organiser des manifestations quotidiennes à Chemnitz. Jusqu’à 8000 personnes ont manifesté dans cette ville proche de la frontière tchèque. Pendant le défilé, des migrants et des militants de gauche ont été pourchassés. Le nombre de blessés s’élève à 18 et plusieurs plaintes ont été déposées, dont celle d’un restaurateur juif cible d’une attaque de son magasin par une dizaine d’hommes cagoulés le soir d’une des manifestations. Alimentée par un climat grandissant d’hostilité aux migrants, l’extrême-droite sort de sa marginalité politique. Pourtant l’action violente et clandestine n’a pas disparu. Dans la Saxe en mars dernier, huit membres d’un groupuscule néonazi ont été jugés et condamnés pour avoir commis plusieurs attentats et tentatives d’attentats contre des réfugiés en 2015.

Peu de pays en Europe échappent à la poussée électorale des partis d’extrême-droite ou ultraconservateurs. Parallèlement, divers groupuscules expriment leur violence politique par des actes racistes ou des attaques de militants de gauche ou antifascistes. De la Hongrie de Viktor Orban à l’Autriche en passant par la Pologne, l’Italie, le Danemark, la Norvège ou encore la Slovénie, l’extrême-droite s’installe. En Allemagne et en Suède, les formations nationalistes s’installent dans le paysage politique. La France n’échappe pas au phénomène. Malgré le débat raté de la candidate du Front national, 10,6 millions de suffrages se sont portés sur Marine Le Pen au second tour de la présidentielle en 2017.

Cette dernière a toujours affirmé que son parti n’avait aucun rapport avec le groupuscule Troisième voie auquel appartenait les agresseurs de Clément Méric qui comparaissent devant les assises de Paris jusqu’au 14 septembre. Même si les faits lui donnent tort. En tout cas, les faits, toujours eux, donnent plutôt raison au Comité pour Clément : l’extrême-droite tue. Pour les douze derniers mois, elle est responsable de la mort de quatre personnes en Europe et aux États-Unis. Depuis 10 ans, en ajoutant l’assassinat du militant antifasciste russe Ivan Khoutorskoï en 2009, celui du rappeur antifasciste grec Pavlos Fyssas en 2013, et celui de la députée britannique Jo Cox en 2016, le nombre de morts atteint la centaine.
 

 ★ L’extrême-droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans

Commenter cet article