Comment pouvons-nous empêcher le capitalisme de tuer la planète ?

Publié le par Socialisme libertaire

Anarchisme Décroissance



Titre original : " HOW DO WE STOP CAPITALISM FROM KILLING THE PLANET ? "  

Édito du principal parti anticapitaliste des USA, l’International Socialist Organisation :  
 

La destruction de l’environnement est enracinée dans le système capitaliste qui place les profits avant les hommes et la planète. 

La Californie brûle à nouveau. Des scènes qui n’étaient autrefois que des scènes de films post-apocalyptiques sont devenus désormais monnaie courante. Le 26 juillet, le pompier Jeremiah « Jeremy » Stoke est mort quand il a été entouré par ce que le Département des forêts et de la protection contre les incendies de Californie a qualifié de « tornade massive de feu » de la taille de trois terrains de football et d’une vitesse de 165 miles (265 km) à l’heure.  » « La tornade était si féroce qu’elle a dépassé les 2 700 (1400) degrés de chaleur », a rapporté le San Francisco Chronicle. « Il a arraché des toits des maisons et jeté des voitures, des tours de lignes électriques et un conteneur en acier dans les airs. »

Non seulement ce « cyclone de flamme » était-il la pire des tornades de l’histoire de la Californie, mais Stoke est le dernier des six pompiers qui ont perdu la vie cette année en tentant de contenir les incendies les plus intenses de l’histoire californienne. L’un des incendies a touché 300 000 acres (120 000 ha). C’est la taille de Los Angeles. Une autre première : depuis l’année dernière, les incendies ont balayé de plus en plus de zones peuplées, comme les incendies de Napa et du comté de Sonoma l’année dernière qui ont tué au moins 41 personnes et détruit une partie de la ville de Santa Rosa.

Les catastrophes ne se limitent pas à la Californie.

La Grèce aussi lutte contre les incendies de forêt qui font rage près d’Athènes et qui ont tué près de 100 personnes. Les mesures d’austérité draconiennes imposées au pays ont entraîné une réduction des dépenses consacrées à la lutte contre les incendies et à la prévention des incendies. Mais il existe un autre facteur non naturel, constant de la Grèce à la Californie et au-delà: le réchauffement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes qui en résultent.

Les nouvelles chaque jour apportent de nouveaux exemples :

Les cinq années les plus chaudes de l’histoire ont toutes eu lieu dans les années 2010.
Les glaciers fondent et provoquent une élévation plus rapide du niveau de la mer que les prévisions des scientifiques.
Les espèces meurent à un rythme qui a amené les scientifiques à conclure que la sixième extinction massive de la planète est déjà en cours.
La prolifération des algues le long de la côte du golfe du Mexique a tué 267 tonnes de vie marine, les algues se déversant sur les plages et causant des problèmes respiratoires aux résidents.
Les inondations massives qui ont balayé le Kerala, un État du sud de l’Inde, ont fait plus de 350 morts et 800 000 déplacés.

Il ne fait aucun doute qu’un désastre lié au changement climatique est en train de se produire, sa cause ne peut être mise en doute : le capitalisme.

La source de la destruction de l’environnement, de la propagation de la pollution, de l’énorme gaspillage et de l’absence de mesures à long terme, c’est un système économique et social qui privilégie le profit et le pouvoir de quelques-uns aux besoins du plus grand nombre.

Mais lorsque vous regardez les reportages sur le désastre capitaliste de Californie, vous êtes beaucoup plus enclin à accuser des individus : ceux qui auraient pu mettre le feu, d’autres qui ont accidentellement laissé tomber une cigarette allumée ou même la crevaison d’une voiture qui aurait provoqué des étincelles dans un endroit sec. Même lorsque les reportages mentionnent le «changement climatique», ils ne se focalisent pas sur une critique approfondie du système de libre marché et de sa dynamique interne qui mène à la destruction de l’environnement.

Les médias grand public tendent à réduire le changement climatique à un problème « que nous avons tous causé » à travers nos modes de consommation.

Si nous voulons inverser le cours des évènements pour le bien des peuples du monde et de la planète, nous devons nommer le système du capitalisme afin de comprendre ce contre quoi nous luttons. Ce n’est qu’à partir de là que nous pouvons commencer à proposer des solutions réelles à la crise écologique à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui et commencer à imaginer dans quel monde différent nous pourrions vivre si les besoins humains et écologiques dépassaient les bénéfices.

La crise écologique que nous rencontrons est liée au fonctionnement du système capitaliste.

Le capitalisme est motivé par la recherche sans fin du profit. C’est un système qui ne tient pas compte de la santé et du bien-être à long terme de la grande majorité des habitants de la planète, sans parler de la nature, la terre sur laquelle nous vivons, l’eau que nous buvons et l’air que nous respirons.

L’expropriation et l’exploitation de la terre et du travail sont vitales pour le capitalisme. Ils sont transformés en marchandises à acheter et à vendre sur les marchés. Comme l’écrit Chris Williams dans son livre Ecology and Socialism, Karl Marx a décrit comment l’appropriation du travailleur et du sol par le capitalisme était la «source originale de toute richesse».
 

22 août 2018, Ragina Johnson
 

Comment pouvons-nous empêcher le capitalisme de tuer la planète ?
Comment pouvons-nous empêcher le capitalisme de tuer la planète ?

Commenter cet article