★ Récit d’un anarchiste évadé d’un camp stalinien en Bulgarie

Publié le par Socialisme libertaire

stalinisme totalitarisme

★ Récit d’un anarchiste évadé d’un camp stalinien en Bulgarie, 
Par K. Atanassof (1951). 
 

« Les staliniens sont fous de colère contre les anarchistes, parce qu’ils ne peuvent pas dominer leur courage et leur esprit révolutionnaire. Malgré toutes leurs tortures ou menaces, ils n’ont réussi à gagner aucun espion parmi nous. Cela les rendaient furieux. Pour eux, le fait que nous sommes dans des camps de concentration ne les satisfait pas. Ils veulent nous liquider totalement ; une liquidation avant tout morale, car la liquidation physique est plus facile. Mais ils ne réussissent pas. Dans les anarchistes ils voient les véritables révolutionnaires et ils ont peur surtout du fait que les sympathies des masses populaires se tournent de plus en plus vers nous.

Au printemps, j’ai été amené à la Sûreté nationale à Sofia avec Christo Koleff, Slaveyko Ivanoff (l’un de ceux qui ont le plus souffert dans le camp où il se trouve depuis quatre ans), Gelyasko Pettkov et Mikhaïl Mindorff. On a voulu monter un procès contre nous, mais sans succès. Et au bout de quarante jours d’inquisitions insupportables ou nous ramena à demi-morts, au camp.

Après on procéda à un triage des plus « dangereux », à leur avis, et on les envoya à une destination inconnue. Bientôt, je me trouvai aussi classé dans la catégorie des « entêtés » et je me vis transférer en wagon scellé pour rejoindre les autres à l’île de Persyan, près de Bélené, dans le Danube. Là, j’ai trouvé les camarades Christo Koleff, Peter Boukourechtlieff, Antcho Antcheff, Vassil Iankoff, Slaveyko Ivanoff, les frères Baldjeff et Khvartchilkoff (trois avec un de leur fils) et plusieurs autres – 160 anarchistes.

Dans cette Ile de l’extermination, personne ne se faisait d’illusions que la déportation signifie ici la fin lente mais sûre de la vie. Mais cette conviction et le sort épouvantable subi par les internés les rendent plus solidaires et plus audacieux.

Ainsi, malgré tout, nous avons commémoré l’anniversaire de Boteff et de Bakounine, en prononçant des discours anarchistes. En conséquence, les maîtres absolus de notre vie nous ont « promis » de fusiller quelques-uns d’entre nous pour rendre les autres plus « raisonnables ». Mais cette menace n’a intimidé personne.

Un jour, un turc a essayé de s’évader. Il se jeta dans le fleuve, s’accrochant à un tronc flottant car il ne savait pas nager. Le malheureux, après avoir fait ainsi plus de cinq kilomètres, est sorti juste en face du poste frontière. Il fut repris et mourut sous les coups.

Quant à moi, j’ai été plus heureux, j’ai eu de la chance. Dix jours plus tard, me rendant compte de l’inévitable mort qui m’attendait, je risquai ma vie en m’enfuyant avec un socialiste.

Après avoir erré cinq jours et cinq nuits, en nous cachant toujours dans les champs de maïs et de tournesols nous arrivâmes à Roussé, exténués de soif et de faim. Nous y restâmes un jour chez des gens inconnus. Ils nous reçurent affectueusement, nous donnant l’hospitalité, nous changeant nos vêtements de prisonniers, nous achetant des billets de chemin de fer jusqu’à Sofia et en nous donnant, en plus, 10.000 levas à chacun.

Ainsi nous avons pu nous sauver en traversant toute la Bulgarie et, en passant ensuite la frontière, nous réfugier à l’étranger. »

K. Atanassof

In Le Libertaire, n°264, 13 avril 1951.
 

★ Récit d’un anarchiste évadé d’un camp stalinien en Bulgarie

Commenter cet article