★ Pour l’unité internationale des libertaires

Publié le par Socialisme libertaire

Confederación general del trabajo

Discours de Jose Maria Olaizola, Secrétaire général de la CGT espagnole, prononcé lors du meeting international organisé par la CNT à la veille du 1er Mai 2000.


" Au nom de la Confédération générale du travail d'Espagne (CGT), nous remercions la CNT française pour son invitation à ces journées libertaires.

Nous lui sommes également reconnaissants de l'extraordinaire effort qu'elle fait pour réunir une partie importante du mouvement libertaire, avec un engagement d'intervention dans la société, en proposant une réelle alternative à l'actuel système mondial, chaque jour plus injuste et plus inégal.

Nous sommes actuellement face à la deuxième révolution capitaliste basée sur la globalisation du capitalisme quel que soit leur régime, et anéantit l'indépendance des peuples. Ce sont les entreprises, les groupes industriels et financiers qui donnent le ton, avec comme seul objectif la domination du monde. Jamais les maîtres du monde n'ont été si peu nombreux et si puissants. La brusque concentration du capital et du pouvoir s'est accélérée dans les dernières vingt années avec les technologies de l'information. Actuellement, les nouvelles technologies de manipulation génétique se développent très vite.

De nouvelles voies de développement, d'exploitation et de contrôle du capitalisme s'ouvrent avec la privatisation du génome humain et la généralisation des brevets sur la matière vivante. Les bases pour privatiser tout ce qui concerne la vie et la nature se mettent en  place, ce qui mène, si on ne s'y oppose pas, à la création d'un pouvoir absolu, comme jamais auparavant.

Le pouvoir actuel amasse des richesses et, pour ce faire, il détruit et restructure des entreprises et des secteurs ; il déstructure la classe des travailleurs et la société en général, il instaure l'individualisme et la précarité ; il surexploite et appauvrit de plus en plus une grande partie de la population mondiale ; il exclut et il marginalise. Il obtient des bénéfices privés issus du bien commun de l'humanité en exploitant les richesses de la nature. La criminalité financière est un fait, les grandes banques recyclent des milliers de dollars sans différencier l'argent sale de l'argent propre.

Il y a commerce de tout : les mots, les mentalités, les corps, la culture. La corruption, à grande échelle, est un fait quotidien. Les fanatismes religieux augmentent. On veut nous faire croire que la démocratie prospère et que les libertés triomphent, alors que les censures et les manipulations sont de plus en plus importantes.

Les technologies de la communication jouent un rôle idéologique fondamental en intégrant l'être humain d'une façon quasi absolue, en imposant la "culture globale" et les messages planétaires, ainsi que l'uniformisation la plus castratrice.

Les États sont actuellement les fidèles gardiens des grandes institutions mondiales qui dictent la loi, le Fond monétaire international, la  Banque mondiale, l'Organisation mondiale du commerce. Les forces de sécurité, les armées sont les garantes de leurs vols et criminalité. Nous devons  tenir compte de tous ces faits dans notre action quotidienne.

Comme le disait Juan Peiro, un des théoriciens de l'anarcho-syndicalisme espagnol, travailleur, partisan du coopératisme, ministre de  l'Industrie pendant la guerre civile et fusillé par les franquistes : le sens de l'anarcho-syndicalisme est basé sur le maintien d'une constante tension entre l'aspiration révolutionnaire et son application quotidienne dans les diverses réalités sociales, politiques et personnelles.

On pouvait se tromper dans les décisions mais la méthode, la façon de décider et de participer était correcte. C'est ainsi que l'anarcho-syndicalisme était et doit continuer à être une chose ouverte en permanence, quelque chose qu'il faut faire et refaire constamment, essayer, réessayer, se tromper pour ensuite repartir à la charge avec plus d'adresse. C'est avec cette vision des choses que la CGT d'Espagne, partie importante de l'anarcho-syndicalisme espagnol, intervient dans la réalité. Tous  les jours, dans les entreprises, pour chaque revendication quotidienne,  pour chaque problème rencontré par les travailleurs; de manière générale,  en ayant pour devise le partage des richesses et du travail ; les trente-cinq heures de travail par semaine du lundi au vendredi, sans réduction de salaire ; la CGT se bat contre la précarité et pour l'amélioration des conditions de travail ; pour une imposition du capital ; contre la privatisation et pour les droits des citoyens dans des questions aussi essentielles que l'enseignement, la santé, le droit au logement ; pour l'égalité de la femme ; contre la surexploitation des immigrés et le droit à la libre circulation des êtres humains ; contre la dilapidation des ressources naturelles ; pour la paix ; contre le racisme, pour la solidarité avec les autres peuples, avec le Chiapas, avec le Maroc ; sans oublier notre activité internationale avec une participation importante dans les Marches européennes contre le chômage, la précarité, la pauvreté. Dans la situation actuelle de globalisation, la lutte internationale est d'une importance fondamentale. La question que l'on peut se poser c'est : qu'est-ce que nous faisons, nous les libertaires ? Qu'est-ce que nous construisons pour faire face à ce monstre capitaliste criminel mais légal, responsable de la mort de milliers et de milliers d'êtres humains, qui périssent de faim alors que la planète ne manque pas de ressources pour les nourrir ?

Quel est notre rôle et notre responsabilité dans un monde où le droit à la vie n'est pas garanti et, par conséquent, dans un monde où l'on ne peut affirmer que la liberté existe ?

Nous ne pourrons jamais être des hommes et des femmes libres tant qu'il existe un seul être humain qui meurt de faim, qui ne puisse pas vivre dignement et librement dans l'égalité des conditions. Dans une situation comme celle-ci, dans laquelle on prétend privatiser même la vie, dans laquelle la peine de mort due à la faim est légale et quotidienne,  nous, les libertaires, nous ne pouvons pas fermer les yeux. Il ne suffit pas d'être critique, ou d'avoir raison. Il est nécessaire de réagir, de rassembler nos forces, de créer un mouvement pour arrêter ce monstre, pour commencer ensuite à établir les bases nécessaires pour la création  d'une société différente fondée sur l'égalité, la justice, la liberté, la fraternité et le libre accord. Si nous ne sommes pas dans cette démarche, si nous passons notre temps dans des disputes misérables, dans des justifications impossibles, dans des attitudes autoritaires qui prétendent posséder la seule et unique vérité, dans le dogmatisme, le sectarisme, nous serons aussi responsables de ce qui arrive dans le monde.

Après la chute du mur de Berlin, après l'échec de toute idéologie autoritaire quelle qu'elle soit fondée sur la répression et la force coercitive des États, à une époque où les différences entre ce qui est appelé droite ou gauche sont moindres et difficiles à saisir, la responsabilité des libertaires grandit. Nous devons montrer quelle est la vraie gauche capable de transformer, comme un premier pas vers la révolution.

Nous pouvons toujours nous amuser dans des digressions philosophiques  et des vaines discussions. La pensée libertaire n'est pas fondée sur une seule vérité mais sur plusieurs vérités. Elle a un seul objectif et une seule attitude : l'éthique, l'honnêteté, la démocratie directe et de rassemblement, solidaire, fédéraliste, sans aucune forme de dirigisme.

Dans cette lutte, nous ne sommes pas seuls ; celles et ceux qui, sans se dire anarcho-syndicalistes ou libertaires, luttent pour la liberté et  la justice sont nombreux. Les différents mouvements sociaux et syndicaux indépendants devraient pouvoir faire partie de ce mouvement dont je parlais plus haut, et dont nous devons être le moteur, sans la moindre prétention d'avant-gardisme ou d'exclusivité, en acceptant avec respect la pluralité.

En sachant que tout projet révolutionnaire libertaire ne peut se faire qu'avec l'appui et la participation de la majorité sociale, et je dis bien majorité.

Le clientélisme et le sectarisme sont l'antithèse d'une revendication libertaire.

Dans le monde, un cri déchirant sollicite une Internationale libertaire, et nous, libertaires, nous ne pouvons pas ne pas l'entendre. Il est nécessaire de créer une organisation capable de faire face à l'organisation capitaliste ; on ne peut laisser cela au hasard et à la spontanéité ; nous devons y mettre toutes nos forces en donnant le mieux de chacun et chacune d'entre nous. Des objectifs, une coordination et une organisation communs s'imposent, sans crainte ni méfiance, avec espoir et joie, en mettant tout notre cœur grand et loyal, ensemble avec les dépossédés et les exclus de la Terre, avec le même cœur que celui des femmes du Chiapas qui entretiennent leur ménage et sont les premières à se mettre devant l'armée pour l'empêcher d'avancer, ou ces femmes d'Afrique qui, portant la vie en elles, traversent le détroit de Gibraltar pour échapper à la misère.

Et aussi tous ces hommes et des femmes du monde entier qui sont prêts à donner leur vie pour défendre leur dignité.

Mes amis, il est temps d'agir, de rassembler nos forces, c'est une question de dignité.

Pour la liberté ! "

José Maria Olaizola
 

★  Pour l’unité internationale des libertaires
★  Pour l’unité internationale des libertaires

Commenter cet article