Cajoler les riches, matraquer les pauvres

Publié le par Michel

Cajoler les riches, matraquer les pauvres

En imposant toujours plus d’austérité, le gouvernement PS court le risque d’une explosion sociale. Avec la loi sur le Renseignement, il cherche à nous faire taire. Nous ne cèderons pas à la peur !

Le gouvernement ouvre la chasse aux fraudeurs et fraudeuses : il sera sans pitié contre les chômeurs, chômeuses et les bénéficiaires de la CMU !

Le projet qui doit « aider les chômeurs à ne pas se décourager » va jusqu’à donner pouvoir à l’administration de mettre le nez dans votre compte bancaire.

Un gouvernement qui traque les plus faibles

Les riches français « expatriés » en Suisse et en Belgique en rigolent encore ! Entreprises, patrons, sportifs et stars, actionnaires et autres héritiers planquent légalement les bénéfices de notre travail dans les paradis fiscaux et pratiquent « l’optimisation fiscale » pour échapper aux impôts. Ce sont eux les vrais fraudeurs !

Dans le même temps, avec la loi Macron, la loi Rebsamen sur le « dialogue social » et les négociations sur les retraites complémentaires, le gouvernement ruine les éléments positifs du droit du travail et affaiblit les moyens d’action du syndicalisme et prépare, y compris pour celles et ceux qui travailleront le dimanche comme une journée banale, une retraite pleine à… 67 ans !

Un gouvernement au service de la loi des patrons

Les patrons pavoisent et en réclament toujours plus ! Mais le gouvernement PS s’inquiète. A trop pressurer les pauvres, ces « gueux » pourraient bien finir par se révolter massivement. Alors le PS tape sur celles et ceux qui bougent pour faire peur à tous ceux qui pourraient bientôt prendre le chemin de la guerre sociale : sa police assassine dans les quartiers populaires ou au barrage de Sivens (Rémi Fraisse), il traîne en justice les paysans qui protestent contre la ferme des 1000 vaches, il emprisonne des manifestant-es, il laisse licencier des syndicalistes trop remuant-es, il matraque les sans-logis, les sans-papiers ou les Rroms des bidonvilles, il laisse fermer les bourses du travail où les syndicats tiennent leurs permanences…

Et pour être bien clair, il fait relaxer les policiers qui avaient laissé Zyed et Bouna mourir électrocutés il y a 10 ans.

Un gouvernement qui réprime la contestation

Avec la loi sur le Renseignement qui va être votée en juin, il se donne les moyens policiers pour surveiller tout le monde légalement sans même l’avis d’un juge !

Il pourra mettre sur écoute : les ordinateurs, les téléphones, les véhicules, les domiciles de quiconque « met en péril » l’économie française, les entreprises françaises, la sécurité nationale et la paix sociale. Bref tout militant ou toute militante syndicaliste, antiraciste, écologiste… dont les pratiques seraient jugées trop « radicales ».

Nous refusons l’austérité, l’aggravation des inégalités et la crise écologique majeure qui frappe. Nous refusons la société capitaliste, où la réussite d’un seul se fait sur le dos de tous les autres.

Parce qu’il est juste de combattre ce qui est injuste, nous resterons mobilisé-es contre le racisme et le sexisme. Brisons la peur et brisons nos chaînes !


Cliquez pour télécharger le PDF "Cajoler les riches, matraquer les pauvres".

Commenter cet article