Les actionnaires se goinfrent : +30% entre 2013 et 2014

Publié le par Socialisme libertaire

Partage des richesses
Partage des richesses

30,3% d’augmentation des dividendes versés aux actionnaires des grands groupes et des banques françaises entre 2013 et 2014 // Pour autant, le gouvernement multiplie les cadeaux au patronat comme le CICE // La crise pour une majorité d’entre nous, le pactole pour les autres.

Le gavage continue

Les capitalistes continuent à se gaver sur le dos des salariées et chômeurs/euses. Comme si nous n’en avions déjà pas les preuves concrètes et quotidiennes par la dégradation de nos conditions de travail dans tous les secteurs, des services publics, etc. Toutes et tous disions-nous ? Non car quelques irréductibles résistent à la crise et à ses prétendues inéluctables conséquences, au premier rang desquels, en France, le secteur de la banque-assurance.

Ainsi AXA qui a versé près de 2,7 milliards de dividendes à ses actionnaires au deuxième trimestre... Qui plus est, les grands groupes français côtés en bourse ont augmenté leurs dividendes de 30,3% au deuxième trimestre sur un an, pour un total de 40,7 milliards de dollars. Un record européen pour un patronat toujours plus arrogant !

Nous trinquons, ils s’enrichissent

La hausse des dividendes versés aux actionnaires n’est malheureusement pas une situation isolée ou fortuite mais bel et bien le résultat d’une politique économique soutenue également par le gouvernement. En accordant plusieurs mesures fiscales favorables au patronat - pour exemple la première tranche du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) représentant un montant total de 7 milliards d’euros sur les 40 milliards au total - le gouvernement refuse indéniablement de protéger l’emploi, les salarié-es, et choisit sa classe.

Ce sont toujours les mêmes qui s’enrichissent sur notre dos : les capitalistes !

Et nous, on aura 30% d’augmentation ?

Devant des salaires qui stagnent ou baissent pour la plupart d’entre nous, la situation est la même dans le secteur privé ou public : les négociations salariales sont au point mort alors même qu’il y a urgence à augmenter les salaires, à réduire les écarts entre les plus bas et les plus hauts, afin d’assurer une véritable justice sociale, et d’embaucher pour mettre fin au chômage de masse entretenu par les politiques d’austérité.

Ils bloquent nos salaires mais augmentent leurs dividendes de 30% ! Pour l’Union syndicale Solidaires, il y a des alternatives concrètes et d’autres choix qui sont possibles. C’est par la construction du rapport de force par les salarié-es et les plus précaires que nous pourrons imposer au gouvernement et au patronat une redistribution des richesses.

Nous en avons assez de payer pour leur crise, les capitalistes nous coûtent cher, rendez-nous ces 30% !

De l’argent, il y en a : prenons-le pour nos salaires et des embauches !

  • LIRE aussi :

    "La finance n’a pas de visage, elle a un gouvernement !"

    Hier, mardi 26 août le nouveau gouvernement formé par le Président de la République et son Premier ministre, était rendu public. Sans attendre ou espérer un changement, il s’avère cependant que la nomination d’un banquier à Bercy, Emmanuel Macron, est le symbole de le politique néolibérale assumée de ce gouvernement. Pour mémoire, c’est lui qui en tant que secrétaire général adjoint de l’Elysée est à l’origine du pacte de responsabilité, véritable pacte d’austérité pour les salarié-es, retraité-es, chômeurs/euses et précaires. Il fut aussi gérant à la Banque Rothschild et le rapporteur général de la commission Attali en 2007, feuille de route idéologique de ce nouveau gouvernement.

    Le patronat déjà se félicitait.

    Aujourd’hui, le Premier ministre s’est exprimé à l’université d’été du Medef. Il a promis, entre autres, baisses du coût du travail, baisses de l’impôt sur les sociétés, souplesse dans l’embauche pour ne pas entraver les entreprises, des adaptations dans la protection des salarié-es qui est considérée trop élevée et l’allègement de certaines règles, notamment sur le travail du dimanche.

    Le Medef applaudit, une standing ovation.

    Les capitalistes sont au gouvernement et vont donc continuer à nous faire payer une crise qui n’est pas la nôtre tout en s’enrichissant sur notre dos : 30,3% d’augmentation des dividendes versés aux actionnaires des grands groupes et des banques françaises entre 2013 et 2014 tout en continuant à supprimer des emplois. .

    Pour Solidaires, il y a urgence à construire des mobilisations dans l’unité la plus large pour imposer d’autres choix politiques porteurs de justice et de solidarité. Nous appelons à participer massivement le 23 septembre à Paris à la manifestation nationale des Hôpitaux en lutte pour le service hospitalier public ainsi qu’aux initiatives prises le 11 octobre dans le cadre de la journée européenne d’action contre le TAFTA (traité transatlantique en cours de négociation entre l’UE et les USA).


  • Communiqué Solidaires, Paris - 27 août 2014

Les actionnaires se goinfrent : +30% entre 2013 et 2014

Commenter cet article