Il y a 75 ans, le pacte germano-soviétique était signé

Publié le par Socialisme libertaire

Il y a 75 ans, le pacte germano-soviétique était signé

Le 23 août 1939, à Moscou, l’URSS de Staline et l’Allemagne d’Hitler signent un pacte de non-agression.


Cette alliance entre le fascisme et le «pays du socialisme» laissa les mains libres à Hitler et désarma le mouvement ouvrier.

Dans un protocole secret, dont l’URSS niera l’existence jusqu’en 1989, les deux puissances se partagent l’Europe orientale. Le 1er septembre, la Wehrmacht envahit la Pologne, suivie le 17 septembre par l’Armée rouge. En totale négation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’URSS annexe la partie orientale de la Pologne, qui est rayée de la carte, les pays Baltes, indépendants depuis 1918, la Bessarabie, une province roumaine.

En application d’autres protocoles secrets, l’URSS fournit du blé et du pétrole à l’Allemagne nazie, lui livre des militants communistes allemands et autrichiens, coo- père militairement avec elle contre la résistance polonaise… Bref, il s’agit bien d’une alliance entre Hitler et Staline, qui sera rompue par Hitler qui envahira l’URSS, en juin 1941.

Pour Hitler, l’intérêt du pacte est évident : après l’intermède polonais, il peut con- centrer ses troupes sur le front occidental, contre les armées française et anglaise. Quant à Staline, les historiens se sont longuement interrogés sur les raisons de son alliance avec Hitler. Si le pacte permet à l’URSS de revenir aux frontières européennes de l’empire tsariste, il n’empêche pas la guerre et laisse l’URSS isolée contre une machine de guerre nazie plus forte.

En tout cas, contrairement à une légende véhiculée par ses partisans anciens ou actuels, Staline n’utilisera pas ce répit de presque deux ans pour se préparer à la guerre contre Hitler. Malgré des avertissements venus de tous côtés, l’Armée rouge sera dans un état d’impréparation totale lors de l’attaque nazie, subissant dans les premiers mois d’effroyables pertes.

Le pacte prend complètement à contre-pied le mouvement communiste inter- national, dont l’identité politique est, depuis l’été 1934, la lutte contre le fascisme et, après 1936, le soutien aux républicains espagnols contre le franquisme. Ce tournant politique à 180° provoque une profonde incompréhension et un immense désarroi: beaucoup de militants déchirent leur carte. Les appareils des partis communistes, con- trôlés par Staline, approuvent, après un certain flottement, la nouvelle politique de Moscou, leurs dirigeants craignant pour leur poste et… leur vie.

Au parti communiste français, à l’époque un parti de masse de près de 300 000 membres ayant obtenu 15% des voix aux élections législatives de 1936, le trouble est énorme. 21 députés sur 72 quittent le parti. Le PCF est peu après interdit par le gouvernement de Daladier, dirigeant du parti radical avec lequel le PCF était allié sous le Front populaire. Appelé à Moscou fin 1939, Maurice Thorez défend la «politique de paix» de Staline, ce «grand génie dont toute l’activité se dépense au service exclusif du prolétariat international». Il dénonce la guerre «impérialiste», auparavant qualifiée d’«antifasciste», déclarée par la France et l’Angleterre à l’Allemagne.


Texte du Pacte germano-soviétique de non-agression Molotov-Ribbentrop
du 23 août 19
39 :

CARTE : Répartition des territoires prévue par les protocoles secrets du Pacte et changements effectifs de frontières en 1940. PHOTO : Pologne, septembre 1939, soldats soviétiques et nazis fraternisent.
CARTE : Répartition des territoires prévue par les protocoles secrets du Pacte et changements effectifs de frontières en 1940. PHOTO : Pologne, septembre 1939, soldats soviétiques et nazis fraternisent.

CARTE : Répartition des territoires prévue par les protocoles secrets du Pacte et changements effectifs de frontières en 1940. PHOTO : Pologne, septembre 1939, soldats soviétiques et nazis fraternisent.

Commenter cet article

skevin 20/12/2016 17:30

Il y aurait beaucoup à dire. J'aime bien les pays baltes indépendants depuis 1918; peut-on dire cela sans parler de ce qui avait obligé la Russie à s'en séparer? Dire que Staline n'a pas utilisé le délai obtenu pour préparer la Russie est en contradiction avec beaucoup de faits y compris certains rapportés même par Soljenitsyne. Quant à la Pologne, pourquoi personne ne rappelle jamais que la Pologne a attaqué la Tchécoslovaquie aux cotés des Allemands (et même un jour avant) et obtenu ainsi un petit pourboire de 5000 km2. Quant à "l'annexion" de la Pologne, doit-on écarter toute considération stratégique, comme en Finlande?

Socialisme libertaire 20/12/2016 18:38

... oui, la Pologne dictatoriale de l'époque à aussi participé au dépeçage de la Tchécoslovaquie... la plupart des États ont plus ou moins été complices de la situation de l'époque. Cela n'enlève rien à la responsabilité du fasciste rouge Staline.
Nous ne choisissons jamais entre la peste et le choléra.